Vous êtes ici

Les Etats-Généraux de l’emploi en Poitou-Charentes : Interview de Valérie Fenneteau, responsable du service insertion des ADB

Les Ateliers du Bocage 27 novembre 2010 par L'équipe Solidatech
Les Ateliers du Bocage ont accepté la proposition de l’unité territoriale des Deux-Sèvres (l’ancienne direction du Travail) de participer à la réalisation de témoignages vidéos.

Deux des salariés de l’association en parcours d’insertion se sont exprimés à l’occasion des Etats Généraux de l’emploi en Poitou-Charentes.

La création d’emplois d’insertion étant la mission principale de la structure, nous avons interviewé Valérie Fenneteau, l'ancienne responsable du service insertion, pour approfondir le sujet.

Valérie Fenneteau, ancienne responsable du service insertion des Ateliers du Bocage

Quels étaient les objectifs de la journée de l’emploi ? Comment se déroulait l’événement ?

« Les Etats Généraux de l’emploi étaient organisés par la préfecture du Poitou-Charentes. Nous avons été sollicités par l’unité territoriale des Deux-Sèvres (l’ancienne direction du Travail) pour témoigner de notre activité d’insertion puisque les Ateliers du Bocage sont à la fois une Entreprise d’Insertion et une Entreprise Adaptée. Ce rassemblement dresse un état des lieux de l’emploi dans notre région. Le contexte général est précisé au début. Des tables rondes (Formation, Insertion, Recrutement) ont montré qu’il existe d’autres formes d’actions professionnelles, d’emplois par rapport aux schémas traditionnels auxquels sont confrontés tous les publics en mal d’activité. Certains exemples sont très parlants lorsqu’il s’agit que de l’emploi marchand. Par exemple : « Fabrix » emploi des femmes dans le bâtiment et nous expliquait comment les barrières traditionnelles sont progressivement tombées. »

Les Ateliers du Bocage sont aussi un exemple à part entière, pouvez-vous nous en dire plus ?

« " Les Ateliers du Bocage ", " les Chantiers Peupins " et " Emmaüs Peupins " travaillent ensemble pour proposer un schéma d’insertion alternatif. Aujourd’hui un contrat ne suffit pas, il faut amener un accompagnement socioprofessionnel en même temps. Ce n’est pas seulement un projet professionnel mais aussi un projet personnel soutenu par des accompagnateurs. Avec ces trois structures différentes, les salariés en insertion bénéficient de parcours adaptés dès leur arrivée. Nos accompagnateurs ont l’habitude de travailler avec différents publics et participent avec eux à l’élaboration de leur projet. Tout est à construire en fonction des envies et de la motivation de chaque nouvelle personne au sein de l’une des trois structures. Et à tout moment l’une d’entre elle peut prendre le relais pour offrir une véritable intégration professionnelle au sein d’une nouvelle équipe. »

L’association est présentée dans une vidéo réalisée à l’occasion de ces Etats Généraux ? Pourquoi vous a-t-on choisi ?

« Parce que nous sommes l’une des plus grosses structures d’insertion du département et que nous avons le double agrément. A l’heure actuelle nous avons 40 personnes en insertion et 10 salariés en Entreprise Adaptée. Courant Août nous avons été contactés par les Etats Généraux pour le tournage d’un film en septembre où il était question d’illustrer nos deux parcours (insertion et adapté) en procédant aux témoignages de deux salariés de notre structure. »

D’autres entités étaient présentes pour cet événement ? Avez-vous relevé des changements notables pour certaines d’entre elles ?

« Toutes les organisations qui touchent à l’emploi étaient invitées (chambres consulaires, groupements d’employeurs, missions locales, pôle emploi...). Certaines structures d’insertion fonctionnaient auparavant avec un statut associatif puis elles ont effectué un changement vers une société à responsabilité limitée (SARL) pour palier au manque de bénévoles et accéder à certains marchés où l’association ne pouvait s’investir. »

Qu’envisagez-vous dans un avenir proche ?

« Nous continuons l’accompagnement en tenant compte des exigences de l’Etat en matière d’emplois. Ce qui n’est pas évident puisque nous ne sommes pas maître des sorties professionnelles, cela dépend du contexte socio-économique lorsque les contrats d’insertion prennent fin. Nous avons pour objectif de maintenir des conditions de travail et d’accompagnement optimales au moment où l’Etat diminue ses aides, par ex c’est de plus en plus difficile de financer les formations qualifiantes. Malgré tout, nous envisageons d’augmenter le nombre de postes sur l’Entreprise Adaptée. »

Merci Valérie d’avoir accepté de répondre à nos questions

En savoir plus : La vidéo des Etats Généraux de l'emploi en Poitou-Charentes (2010)

Comment devenir bénéficiaire ?
1
Je m'inscris gratuitement
2
Je reçois la confirmation par mail
3
Je passe commande
Délais prolongés
Suite à une très forte vague d'inscriptions, nos délais de réponse sont un peu plus longs qu’habituellement, nous mettons tout en œuvre pour revenir vers vous rapidement! Merci pour votre patience :)